Aquarelle de J. Dessart, reproduction aimablement prêtée par l'ASBL TANK MUSEUM

Venez découvrir l’extraordinaire odyssée du Ier Corps d’Autos Blindées

BELGIQUE - RUSSIE
1914 -1918

Conférence avec projection

Le samedi 05 juin 2010 à 14.00 h.
Espace Cadol
Rue François Delcoigne 25, 1081 Koekelberg

Entrée gratuite

Zakouskis, boissons

La première guerre mondiale, qui fut appelée la Grande Guerre, fut la seule vraiment nationale. Elle vit, lors de l’invasion par les troupes allemandes, se lever tout un peuple uni par une même et juste colère patriotique.

Cette guerre a fait déjà couler beaucoup d’encre. Et, ce n’est pas terminé. Son déroulement, de nos jours est encore étudié, on n’a pas fini de décrypter ses messages, ni de percer tous ses secrets et les enchaînements de son évolution suscitent toujours un énorme intérêt.

Des expositions ont lieu, ici et là, qui font chaque fois recette.

Après en avoir parcouru quelques unes, il est apparu qu’une lacune existait. On y remarquait un grand absent : le Corps Expéditionnaire Belge des Autos-Canons-Mitrailleuses en Russie.

Or il fut le tout premier Corps de son espèce à être constitué et par le plus petit des belligérants. C’est lui encore qui fut le premier du genre à être opérationnel.

Précurseur des tanks, il avait droit à figurer au palmarès.

Certes la Belgique ne pratique pas le chauvinisme à la gauloise, et il sied en toutes choses de rester modeste. Mais la modestie poussée à l’extrême devient un défaut. La Belgique omet trop souvent de s’enorgueillir d’avoir été la première à avoir fait usage d’autos blindées sur le champ de bataille. Et, que cela, elle le devait à la clairvoyance d’un major visionnaire, aux compétences techniques de ses hommes, connues du monde entier, à ses militaires, à ses soldats et à son industrie automobile.

À qui nous rendons hommage.

Peu importe les causes, les raisons invoquées, les motivations ou les prétextes de ce silence, l’A.S.B.L., qui a pour but de sauvegarder le patrimoine historique de ce Corps, a décidé de lutter contre cette situation et de porter à la connaissance du grand public l’extraordinaire aventure qu’il a vécue, d’abord sur le front belge en tant que petite unité, ensuite sur le front russe en tant que Corps entièrement autonome.

C’est la raison de cette première conférence qui a lieu, grâce à la bienveillance de Mr. La Bourgmestre Ph. Pivin, que nous se pourrions suffisamment remercier.

L’A.S.B.L serait heureuse de vous y accueilli et vous y espère nombreux.

Autocanons-mitrailleuses Belges

Le souci de mémoire

descendants d'ACM et sympathisants

L'association rassemble les descendants et les sympathisants d'ACM dans le but d'entretenir la mémoire et de rendre justice à ce Corps qui ne fut pas comme les autres.

Précurseur, il devait être le premier Corps de blindés autonome qui, pendant la guerre de 14-18, fut employé sur les champs de bataille.

Mal aimé dès sa création fin 1914 à Paris, il fut victime d'une véritable conspiration de dénigrement systématique et de mépris de la part de la hiérarchie militaire qui devait le suivre pendant toute sa campagne de Russie, le précéder à San Francisco lors de son voyage de retour, et se concrétiser à Eu (Seine Maritime) le 15 juillet 1918 par sa dissolution, ultime et imméritée sanction.

Indomptable. C'est Alain qui a dit que les morts voulaient vivre dans les vivants. Les ACM ne sont pas morts puisque nous vivons. De génération en génération, le meilleur d'eux-mêmes se perpétuera. Le souci de mémoire ne s'arrête pas à l'évocation du passé; il s'inscrit dans la transmission des valeurs reçues en héritage et dont nous sommes comptables. En particulier, ce qui fut le plus merveilleux cadeau apporté par ces années, aussi douloureuses et tragiques que belles : une indéfectible camaraderie qui devait colorer cette chronique d'une mort annoncée que fut leur Fraternelle, de 1919 au décès du dernier ACM.